Vous êtes ici : Accueil > Jeux de Stratégie > Starcraft II

Douze ans à attendre la suite de Starcraft et de ses fonds d'écran en haute résolution, c’est certes long, mais qui les a vus passer ? Pour beaucoup, la sortie de Brood War, c’était hier. Starcraft n’est pas un de ces jeux plébiscités l’espace d’un moment puis mis de côté en attendant le second opus. Pratiqué assidument sur Battle.net ou en réseau depuis son lancement, son succès ne s’est jamais démenti, notamment en Corée où il est devenu sport national. Bref, une chose est sûre : le pire ennemi de Starcraft II, ce ne peut être que Starcraft. Pour éviter la comparaison, Blizzard a donc choisi d’inscrire cette suite dans la prudente continuité de l’épisode précédent. Du coup, Starcraft II, c’est drôlement bien, mais c’est aussi vachement classique. Mais n’ayez crainte, ça marche aussi dans l’autre sens : Starcraft II, c’est classique, mais c’est drôlement bien !

Si Starcraft a autant marqué le genre, c’est essentiellement grâce à ses trois races dissymétriques. Dans un Alerte Rouge, un Warcraft II ou un Age of Empires, on notait bien quelques différences réelles entre les factions. Mais dans Starcraft, les particularités de chaque race induisent un gameplay spécifique et une approche tactique triangulaire. Terran, Protoss et Zerg sont donc devenus en 1998 le symbole du STR moderne, damant le pion à un certain Total Annihilation. Douze ans plus tard, Starcraft II perpétue peu ou prou la même formule que son prédécesseur. Peut-il encore prétendre incarner une quelconque modernité ? La question ne se pose plus dans les mêmes termes : Starcraft étant encore très pratiqué, Blizzard a préféré ne pas s'éloigner de ses bases et de son gameplay éprouvé. On retrouve donc les trois mêmes races, pas une de plus ni de moins : pourquoi tenter d'en introduire une quatrième au risque de tout déséquilibrer ? Il est par contre terriblement dommage que les trois campagnes ne soient pas toutes disponibles dans Starcraft II : Wings of Liberty, qui propose seulement un scénario dédié aux Terran ; il faudra attendre les deux volets suivants pour vivre celle des Zerg et des Protoss. Le multijoueur est à l'évidence le centre névralgique du jeu sans oublier les fonds d'écran n'est-ce-pas?